En ligne jusqu'au 10 décembre

Direction artistique: Hisham Jaber
Avec Yasmina Fayed, Ziad el Ahmadie, Bahaa Daou, Ziad Jaafar, Diyaa Hamza, Roy Dib, Randa Makhoul, Lina Sahhab, Ahmad el Khateeb et Bashar Farran.

En première canadienne / En diffusion exclusive pour le 21e FMA
(Liban)

À travers une dynamique qui ne connait aucun répit, des artistes en liesse perpétuelle qui nous entrainent dans un tourbillon d’émotions, d’airs enfiévrés et d’énergie folle, ce musical de haute voltige a marqué les âmes et les esprits des spectateurs et a réussi à les téléporter dans la Beyrouth glorieuse d’antan, des années 30 à 70, une ville bouillonnante à l’avant-garde de la scène culturelle et artistique de tout le monde arabe.

Bar Farouk n’est pas seulement un spectacle qui met de l’avant le théâtre populaire et le cabaret musical de l’époque, « c’est un moment suspendu dans le temps où, à la manière des Frères Lumière et du premier cinématographe, des photos s’animent en toile de fond et font revivre la capitale libanaise. Beyrouth au temps de Sahet al-Bourj ou de Hamra la rouge, Beyrouth la trépidante et l’intrépide, à la pointe de l’aube et au crépuscule avec ses arômes, ses saveurs, son odeur qui sent bon le « sous », le « jellab » ou le narguilé. Beyrouth avec ses « abadayes » et ses femmes de petite vertu, mais aux grandes vertus. Beyrouth qu’on aime conjuguer au féminin car elle est amoureuse, joyeuse, délurée, mutine et gamine, mais également nourricière comme une femme. C’est cette ville-là qui défile en filigrane à travers des portraits musicaux et dansants. Des années rococo (années 30) aux années hippie (1970), les artistes rendent hommage aux musiciens, compositeurs, danseurs et chanteurs qui ont écrit les belles pages de l’histoire de la ville [avant la guerre civile] : Sabah, Omar el-Zeeni, Philémon Wehbé, Chouchou ou Férial Karim » (Colette Khalaf, L’Orient-Le-Jour).

Avec Bar Farouk, ce spectacle musical qui a fait fureur au Festival de Beiteddine en 2015 et qui continue d’être présenté depuis plus de cinq ans sur la scène de Metro Al Madina, le directeur artistique Hicham Jaber, secondé par Ziad al-Ahmadieh pour les arrangements musicaux, ont relevé le défi de transmettre à toutes les générations confondues – au-delà des clivages politiques, confessionnels ou sociaux – l’âme et la vitalité de l’âge d’or de Beyrouth. Une vingtaine d’artistes – entre chanteurs, danseurs, artistes visuels et créateurs de costumes d’époque et d’un décor vintage brillamment conçu – ont œuvré de concert pour restituer la magie des cafés chantants et dansants d’antan tout en unissant les Libanais autour de cette mémoire collective qui ébranle le plus profond des âmes. Une expérience sensorielle, onirique et revitalisante, à l’énergie plus que contagieuse, et qui est maintenant – plus que jamais – nécessaire à reconstruire cette ville qui renaît pour la 8e fois de ses cendres…

Equipe de production:
Nadim Saoma (effets visuels), Alaa Minawi (concepteur éclairages), Wissam Dalati (costumes), Sarah Nohra (directrice de production), Marjan Chatila (assistant de production), Lara Nassar (ingénieure du son), Ahmad Temsah (opérateur lumières), Eyad El Cheikh (technicien de scène), Lara Nohra (marketing), Raya Abou Kheir (opératrice des effets visuels), Georges Sawma (artiste 3D), Carlo Moufarrej (artiste 2D), Studio Kawakeb (animation d’ouverture), Sahar Malek (conception de l’affiche)

Bar Farouk, FMA 2020, Promo: